Un site utilisant unblog.fr

LES INFIDELES-Menteurs, menteurs

LES INFIDELES-Menteurs, menteurs dans Cinéma lesinfideles-img-300x199

Gilles Lellouche et Jean Dujardin, les 2 font la paire!

 

Le film à sketchs est un genre cinématographique en voie de disparition. Depuis Les Monstres, Les Nouveaux Monstres ou Creepshow 1 et 2, le genre s’est fait trés rare sur nos écrans. L’iniative des 2 acteurs (et amis dans la vie) Gilles Lellouche et Jean Dujardin est donc à saluer, d’autant que leur film est assez drôle et réussi.

Le sujet du film est l’infidélité masculine vue à travers plusieurs segments. Le prologue et l’épilogue servant d’introduction et de conclusion à l’ensemble, via le portrait de 2 serial infidèles, joués à la perfection par Dujardin et Lellouche. La fin est d’ailleurs assez osée. Fous rires garantis.

Tous les sketchs sont drôles et trés bien écrits. L’humour est potache, osé et décomplexé. Et dans le milieu assez plan-plan de la comédie à la française, ça fait du bien! On croisera pêle-mêle un séminariste en quête d’une aventure lors d’un week-end d’entreprise (Jean Dujardin pathétique et irrésistible en serial looser), un quadra qui sort avec une fille de 19 ans (formidable Gilles Lellouche), un obsédé sado-maso (Manu Payet, hilarant), un bourgeois BCBG (Guillaume Canet, excellent, il faudrait qu’il fasse plus de comédie), une thérapeute pour sex addicts irrécupérables (Sandrine Kiberlain, drôlissime à souhait),etc. Le film se permet tout. Dujardin, Lellouche et leurs co-scénaristes enchaînent les situations cocasses et les dialogues rentre-dedans avec une liberté de ton incroyable. Ils sont bien aidés par des réalisateurs qui ont mis leur talent à leur service (notamment Michel Hazavanicius ou Fred Cavayé).

Mais ce n’est pas que drôle. L’émotion pointe le bout de son nez assez souvent: le segment où Lellouche sort avec une Lolita est assez pathétique pour le personnage mais on finit par le plaindre quand on voit le décalage entre lui et sa copine et la souffrance qu’il ressent (Lellouche livre une de ses meilleures prestations). Et il y a « La Question » d’Emmanuelle Bercot (co-scénariste du Polisse de Maïwenn) où un couple se déchire. Au début, c’est drôle. Après, le malaise s’installe et ça devient assez violent. Alexandra Lamy et Jean Dujardin sont formidables dans ce segment.

Voilà, une bonne comédie,pas forcemment le truc super original qu’on attendait, mais c’est hilarant, (dé)culotté et assez jouissif. Note:13/20

Les Infidèles de et avec Jean Dujardin et Gilles Lellouche, en salles depuis le 29 février.

19 mars, 2012 à 9 h 59 min


Laisser un commentaire