Un site utilisant unblog.fr

MAN OF STEEL-Le choc des Titans

MAN OF STEEL-Le choc des Titans dans Cinéma man-of-steel2-300x199

Faire une nouvelle adaptation de Superman sur grand écran est un pari risqué. D’une part parce que Superman, sur le plan psychologique, n’est pas forcemment le personnage le plus riche issu des comics. D’autre part, parce qu’il  a déjà été adapté sur grand écran et que les oeuvres obtenues sont devenues cultes. Le serial des années 40 a bercé toute une génération de jeunes américains. Mais c’est le film de 1978, signé Richard Donner (La Malédiction, L’Arme Fatale), qui est resté dans les coeurs et les esprits des spectateurs. Le film est, certainement, la plus belle transposition de l’univers des comics sur grand écran. Et puis, il est porté par la magnifique interprétation de Christopher Reeves. Ses trois séquelles sont d’une qualité moindre (surtout le 4, un gros navet mais tellement ridicule qu’il en devient attachant). En 2006, la Warner lance une nouvelle adaptation, signée Bryan Singer (X-Men 1 et 2): Superman Returns. Un film qui fait un bide et qui ne convainc pas. Long, ennuyeux, dépourvu de magie, le film peine à convaincre et laisse un mauvais souvenir aux fans de Superman. On pensait Superman définitivement mort. Jusqu’à ce la Warner demande à celui qui a sorti Batman de l’ornière schumacherienne où il végétait, Christopher Nolan, de se pencher sur une nouvelle adaptation. Avec l’aide du scénariste David S.Goyer (la trilogie Blade, Batman Begins), il écrit un traitement d’histoire que Goyer adapte en scénario. Pris par The Dark Knight Rises, Nolan se contente de produire (de loin) Man Of Steel (l’homme d’acier). La réalisation est confié à Zack Snyder (300, Watchmen). Et…..Réussite ou pas?

Le film s’ouvre sur une longue et magnifique séquence sur la planète Krypton. D’une beauté majestueuse, elle montre la chute d’un Empire, la révolte de certains soldats (menés par le général Zod) et la fin d’une planète. Et bien sûr, elle explique comment un certain Kal-El (tout juste nouveau-né) va échouer sur notre planète bleue. Visuellement, surtout au niveau design, le résultat est époustouflant. Malheureusement, certains combats et affrontements sont parfois illisibles et montés trop cut. Un défaut que Snyder ne répétera plus par la suite. Ouf! Ce prologue nous explique les origines extra-terrestres du futur Superman. Du coup, on se dit que la suite sera un remake du film de 78 avec son enfance à Smallville. Et bien, non. Le film veut se démarquer de l’original mais cela va jouer contre lui, du moins dans sa première partie.

Cette première partie, sur le plan narratif, est assez brouillonne et mal organisée. On suit Kal-El adulte qui semble chercher quelque chose, mais on ne sait pas quoi. Son enfance nous est montrée en flashs-backs. Certes, ces scènes sont fortes (les discussions père-fils, l’accident de car, le traumatisme à l’école) mais on s’en détache, faute de s’y ancrer vraiment. Et on ne voit pas assez les parents adoptifs de Kal, interprétés par Kevin Costner et Diane Lane, tous deux trés émouvants. Et là, on ne sait pas où le film va et ce qu’il raconte. On tatonne, on est perdu. Le film menace de s’enliser et le spectre de Superman Returns de revenir nous hanter. Sur le plan visuel, Snyder assure mais il illustre du vide. Jusqu’au moment où Kal comprend d’où il vient et que Zod débarque. Et là, Man Of Steel peut vraiment démarrer.

La deuxième partie de Man Of Steel est un crescendo dans l’émotion et l’action. On est pris par le film et, miracle, on redevient des gosses. Kal-El (l’énergique et fragile Henry Cavill, véritable révélation du film) devient un héros sous nos yeux. Un homme pris entre deux mondes et entre deux espèces. Un homme dôté de grands pouvoirs qu’il va devoir apprendre à utiliser sagement. Le spectateur ressent ses doutes. Et on est touché par ce personnage. Un personnage, clairement identifié à une figure christique, qui n’hésite pas à se sacrifier pour le bien des hommes qui le redoutent, pour la plupart. Snyder multiplie les plan iconiques (Superman stagnant dans les airs devant l’armée américaine, ou sa » vision » quand Zod pénètre son esprit pour l’interroger). L’émotion monte (la scène de la tornade, en flash-back, y participe) et on assiste à la naissance d’un amour assez touchant. Mais la fureur se déchaîne aussi.

Et côté action, beaucoup de fans de comics risquent de poser un genou en terre pour remercier Zack Snyder (pendant que d’autres crieront à l’hystérie). C’est bien simple, les scènes d’affrontement entre Superman (nom que va lui donner l’armée) et les Kryptoniens, menés par Zod, sont démentielles. Si vous avez toujours rêvé de voir des surhommes se foutrent sur la tronche et s’envoyer dans le décor, c’est içi que ça se passe. On n’en croit pas ses yeux. C’est un spectacle hallucinant. L’affrontement final entre Zod et Superman est incroyable et toute la fureur des deux personnages s’expriment. Zod (campé par l’extraordinaire Michael Shannon) est un être programmé pour protéger et faire perdurer Krypton. On peut comprendre sa croisade, sa douleur et son chagrin. Mais c’est un surhomme qui prône ouvertement le fascisme et la destruction des races inférieures (les humains, içi). Cette tentation du fascisme, de la toute puissance, Kal-El/Superman la ressentira mais la combattra, en lui-même. Néanmoins, un choix douloureux lui sera proposé et qui va à l’encontre de ses valeurs et qui montre qu’il est faillible. Mais ce choix l’humanise et le rapproche de sa race d’adoption, c’est à dire nous. Certes, Man Of Steel est un film imparfait mais il est sincère, touchant et bouillonnant, à l’image de son réalisateur. Le retour de Superman est donc (presque) éclatant. Note: 14/20

Man Of Steel, de Zack Snyder, avec Henry Cavill, Amy Adams, Michael Shannon, Kevin Costner, Diane Lane, Laurence Fishburne et Russell Crowe, en salles depuis le 19 juin.

 

21 juin, 2013 à 16 h 19 min


3 Commentaires pour “MAN OF STEEL-Le choc des Titans”


  1. film streaming écrit:

    on l’a attendu avec impatience.

    Répondre

  2. Cloud93 écrit:

    Bravo à ta critique. Je l’ai vu en avant première et je l’ai trouvé génial. Pourtant il a eu beaucoup de réactions négatives à son égard, certains n’hésitant pas à le descendre en flèche.

    Pour ma part, j’ai complètement adhéré. Le film m’a touché notamment les flashback. Lorsque je regardais la scène, les images, j’écoutais le piano; j’en avais déja les larmes aux yeux. C’était très émouvant.

    Le point noir de Man of Steel pour moi c’est qu’il y a beaucoup trop d’action. Faora (autre révélation du film à mon sens) vs Superman est merveilleux. L’impression de puissance est super bien retranscrit. Le personnage de Faora est archi charismatique et vole la vedette à Zod je trouve. Ce dernier n’étant pas le perso le plus classe…

    Je voulais faire une mention spéciale à Henry Cavill qui a été fabuleux dans son role de Superman/Clark Kent, on sent ses émotions, on ressent ses doutes; il est tellement vrai dans ses expressions faciales.

    La bande son est correcte mais trop répétitive. 2 thèmes restent marquants: celui au piano qui correspond aux flashback, et la musique bien bourrine pour l’action.

    En conclusion, pour moi c’est un super film. J’aimerais qu’ils développent plus la psyschologie de Superman dans les films suivants, qu’ils mettent un peu moins d’action.

    PS: Je l’ai vu 2 fois au ciné.

    Répondre


Laisser un commentaire