Un site utilisant unblog.fr

Nostalgia

« Hey, kids, where are you?

Nobody tells you what to do, baby…. »   REM, Drive (1992)

On était jeunes. On était joyeux. On était heureux. On courait dans la cour de l’école. On faisait nos devoirs. On vivait des aventures extraordinaires au Parc derrière chez nous. Le monde nous appartenait et l’avenir était loin. On riait plus à l’époque.

Puis on a grandi. Certains amis sont partis, d’autres sont restés, des nouveaux sont arrivés. On avait des cours et des profs parfois rasoirs. Mais on essayait de trouver de quoi s’amuser et se marrer quand même. On s’est intéressé aux filles. On leur a brisé le cœur parfois. Parfois, ce sont elles qui nous l’ont brisé.

On est devenu plus insouciants malgré le poids des responsabilités naissantes. On a pris nos premières cuites d’une façon assez tapageuse. On a bien failli y rester. On se souvient d’avril 98. Notre caractère s’est affirmé. On est devenu des rebelles sans cause, potaches et réfractaires à l’autorité des adultes.

Ensuite, on s’est encore dispersé. Et on a rencontré d’autres personnes. On devenait plus adultes. Mais toujours cette envie d’envoyer se faire foutre le monde. Des combats politiques sont apparus. Des combats humanistes aussi. De l’utopie. On était en colère.  Certains nous méprisaient et nous crachaient dessus. Pas grave. On s’est accroché. On a continué à faire la fête, pour s’oublier et oublier le monde. Ensuite, c’était déjà fini le temps de la fac…

Que reste-t’il de tout ça? Des promesses déçues et non-tenues. Des amours perdues. Et des amis disparus. Pas tous heureusement. Nous, on est encore là. Attendant le grand soir, plus amers peut-être mais toujours avec ce feu en nous.

Où êtes-vous les autres? Etes-vous heureux? Est-ce la belle vie pour vous? Ou est-ce pire encore? On se souvient des noms et des visages. On se dit que c’est loin tout ça. Tellement loin.

Tous mes meilleurs potes de l’époque avec qui je me suis tant amusé, vous me manquez. Je vous l’ai jamais vraiment dit mais je vous aimais les mecs, et les filles aussi.  Un jour, on se reverra peut-être. Ou pas.

En attendant, on continue. Faut pas regarder en arrière. Peut y avoir des belles choses devant. Faut pas trop se retourner.

On continue!

19 janvier, 2014 à 12 h 20 min


Laisser un commentaire