Un site utilisant unblog.fr

De la difficulté d’être timide…ou pas!

On a coutume de dire que la vie est dure, moi je me bats pour…Non, mince, je me laisse emporter et je vais devoir payer des droits d’auteur à Ménélik. Tiens, que devient-il Ménélik? Il a rejoint le club des disparus des années 90, apparemment. Ils sont nombreux, j’ai l’impression. Alors, si quelqu’un a des nouvelles de Ménélik, merci de laisser un message. Bon je reprends. On a coutume de dire que la timidité est la peur des autres. Ce n’est pas tout à fait exact. (Incroyable, il n’y a que les deux dernières phrases de mon paragraphe d’introduction qui sont en rapport avec le sujet traité! J’aurais pu effacer et corriger mais bon, une vanne d’intro facile, ça ne se refuse pas. Ah, je recommence avec les longues paranthèses inutiles et verbeuses. Affligeant….)

Le timide, en effet, a peur de s’exprimer devant les autres ou en public. A-t-il vraiment peur du regard des autres et de leur jugement? Oui, et on ne peut pas lui donner tort. Les autres sont parfois affreux. Céline Dion le dit bien dans une de ses chansons: « Je ne suis pas les autres ». C’est bien qu’il y a un problème avec les autres! Tous les anciens ados timides se souviennent de ces professeurs qui interrogeaient un élève, devant toute la classe, en début de cours, sur la leçon du jour. Ce n’est déjà pas facile en soi, mais si en plus, il faut se farcir une vieille prof de 60 piges, qui sent la naphtaline et dont le sourire est aussi engageant que l’entrée d’un cimetière la nuit, non, non, et non! Pareil en entretien d’embauche, c’est déjà assez dur de se vendre soi-même (je vous rappelle que le timide n’a pas confiance en lui), alors si il faut le faire devant des gens peu sympathiques et aux visages fermés, c’est dur…

Mais il ne faut pas se chercher de fausses excuses pour autant. La plus grande peur du timide n’est pas la peur des autres, mais la peur de lui-même. Car il n’a pas confiance en ses propres capacités. C’est la peur de tout foirer, de merder sur toute la ligne. Ce truc peut vous pourrir la vie, à long terme. Vous devez demander un truc à quelqu’un. Vous allez vous dire: « Je vais être ridicule, je vais pas savoir m’exprimer, j’y vais pas, de toutes façons j’ai piscine et il va pleuvoir alors, c’est pas la peine! » Vous le voyez, le timide est le champion de la mauvaise foi et des excuses bidons. C’est un don qu’il a appris à développer avec le temps. Au final, le timide n’ose rien et ne fait rien. Ensuite viennent les regrets et la culpabilité de n’avoir rien tenté…. Alors, le timide essaye de répéter, comme un acteur, son texte, des heures voire des jours en amont, même pour un truc anodin du style « T’as pas deux euros pour la machine à café, s’il te plaît? ». Il maîtrise, il se sent plus fort. Que dalle! Si les chose ne se passent pas comme prévu (il n’y a plus de café dans la machine, juste ce truc immonde qu’ils osent appeler du chocolat chaud), le timide perd ses moyens et ne fait rien. Il est incapable d’improviser. Et il retourne se cacher….

L’état mental et psychologique du timide est fragile. Sting a écrit une chanson dessus, « Fragile »…Non, en fait, ça parle pas de la timidité. Je suis un escroc comme quand je sors une phrase de « Pour que tu m’aimes encore » de son contexte pour donner du poids à mes propos. J’avais bien compris les mots et les signes, pourtant….Et puis le temps d’avant c’est le temps d’avant…Bon je m’égare du Nord. Fragile à l’intérieur, le timide l’est aussi à l’extérieur. Sur le plan physique, le timide peut ressentir des symptômes fortement handicapants. Le premier c’est le rougissement. Dès que vous êtes sous le feu des projecteurs, vous devenez tout rouge. Et ça se voit. C’est terrible. Une sensation de chaleur envahit vos joues puis votre front et vous ne pouvez rien y faire. Plus vous essayez de vous contrôler et plus ça empire. Et vous voyez que ceux qui sont en face de vous se payent votre poire. Dès qu’une émotion forte vous submerge, vous devenez Tomate-Man (ou Woman, si vous êtes une fille), le super-zéro qui sert à rien…

Mais il y a pire. Vous pouvez vous mettre à bégayer où à bredouiller. Imaginez ça quand vous déclarez votre flamme à quelqu’un. Vous voulez dire: « Je te trouve très séduisante et je suis en train de tomber amoureux de toi. ». Tout ce qui va sortir, c’est: « Je je je…te te te…sé sé sé dui dui…. am am am…euh…t t t…toi! ». Déjà, on comprend rien et ça vous prend dix plombes (j’ai retranscrit la version abrégée). L’objet de votre affection est déjà parti. Dommage, vous êtes éliminé… Pire que cela? Les maux de ventre! En situation de stress, le timide ressent souvent des crampes à l’estomac. Il lui faut donc chercher les toilettes les plus proches. Super en cas de discours publique! Même si au final, rien ne sort forcément de ses intestins, le timide restera une demi-heure aux chiottes. Il y est en sécurité, isolé du monde extérieur. C’est son château-fort qui le protège de l’ennemi.

Mais le summum reste la transpiration excessive! Vous devez parler et paf! La sueur dégouline de votre tête et de vos aisselles, pire que les chutes du Niagara! Vous avez beau avoir mis du déodorant, ça se verra… et ça se sentira. A cause de cela, le timide sent la sueur assez souvent. Et il est catalogué, à tort, dans la catégorie des gens sales qui puent et ne qui ne se lavent pas. C’est une injustice. Le timide se lave. Mais bon, allez faire comprendre ça…

Alors, imaginez un timide dans la queue de la boulangerie, terrorisé à l’idée de demander un pain à la boulangère (le timide a souvent des peurs ridicules). Il va arriver au comptoir, en nage, bredouillant et rougissant. La boulangère pensera qu’il n’est pas net et qu’il prépare un braquage. Les flics débarqueront et embarqueront le malheureux. Et quand il s’agit d’aborder des filles, le timide mâle passe pour un pervers. Il va tellement hésiter à aborder une fille qui lui plaît, la regardant à la dérobée, dansant d’un pied sur l’autre, rougissant et transpirant que la fille pensera que c’est un sadique. Et rebonjour case prison! Le timide n’a pas d’idées perverses, il n’ose pas, c’est tout. Pour les timides femelles, c’est encore plus dur. Elles sont tellement discrètes que les garçons ne les voient pas. Elles finissent par se croire invisibles. D’ici à ce que l’une d’elles sorte toute nue dans la rue….Là, elle aura osé un truc, persuadée que personne ne la voit!

Personnellement, je suis timide. Je l’ai toujours été. Mais je le suis moins qu’avant. Des expériences de vie font que, petit à petit, je me suis amélioré. Mais ça revient parfois. C’est un trait de caractère dont on ne se débarrasse pas complètement. Enfin, je parle pour moi! Mais la timidité est-elle vraiment un défaut? Est-ce un défaut d’être silencieux quand certains parlent à tort et à travers et racontent tout de leurs vies sans qu’on les ai sonnés? Et puis, les timides sont plus portés sur la réflexion et réfléchissent toujours avant d’agir et de parler. Ils écoutent aussi mieux les autres, ne leur coupant pas la parole. Ils savent garder un secret. Ils sont plus sensibles, plus compréhensifs, plus portés sur l’empathie. Bref, des héros du quotidien!

P.S: Que se disent deux timides lorsqu’ils se rencontrent? Rien, ils n’osent pas se parler!

2 février, 2014 à 14 h 20 min


2 Commentaires pour “De la difficulté d’être timide…ou pas!”


  1. Batman écrit:

    J’aime bien ^^ Je partage sur Facebook et Twitter tiens !

    Le jeu de mot sur la gare du nord est … est ce qu’il est lol

    Répondre

    • leschroniquesduloupblanc écrit:

      Merci!
      Oui bon, le jeu de mots n’est pas neuf (comme le pont) mais on se refait pas, j’aime bien les jeux de mots faciles!^^

      Répondre


Répondre à leschroniquesduloupblanc Annuler la réponse.